Accueil Menu présentation Menu forum Menu débutant Menu logiciels Menu photos Menu détente
les six  menus de base
AGENDA 2022

Liste des réunions au format ICAL
Astuce : pour garder votre agenda à jour, pointez le sur l'URL http://lug68.org/lug68.ics !

Les rendez-vous à ne pas manquer !
Chargement en cours...

Accès au Domaine Langmatt pour les réunions informatisées de Murbach :
Page Domaine Langmatt - Murbach
Domaine Langmatt - Murbach
Lat / Lon : 47,91281132210774 / 7,13822990655899

Accès au site internet de Linux Kunheim pour les réunions informatisées de Kunheim :
Linux Kunheim
Lat / Lon : 48,07737825492639 / 7,53405556082726

 

Les éditos :

(permalien : )

Avertissement : les éditos n'engagent que leurs auteurs respectifs, ni l'ensemble du LUG68, ni les autres associations libristes du département.

Complètement malaaaade !

C'est en cherchant dernièrement un professionnel dans une discipline médicale, dont je tairais volontairement la spécialité exacte (ils se reconnaîtront - une trentaine sur le département), que je me suis rendu compte de plusieurs absurdités en rapport direct avec notre chère informatique et la manière de nous organiser en société.

Première constatation rapide après quelques recherches sur le web : nos spécialistes se sont tous agglomérés sur Mulhouse et Colmar, avec quelques exceptions sur Cernay. Et déjà là, un informaticien se dira que cette répartition géographique est d'une stupidité sans nom, favorisant les grandes agglomérations au détriment des habitants de fond de vallée - pourtant nombreux dans notre bon département !

Même un blob (organisme unicellulaire sans cerveau, sachant parfaitement optimiser ses trajets vers la nourriture), nous renvoie ici notre stupidité humaine droit dans la face, et nous fait douter du concept même «d'intelligence humaine», que j'entendrai ici au sens mathématique et logique du terme, tant ce seul mot est sujet à interprétations et critiques.

Dans une répartition optimale, la logique voulut ainsi qu'on trouvât plutôt, en début de vallée, au moins deux de ces spécialistes, lesquels ne peuvent pas se reposer sur le prétexte d'un manque potentiel de clients, puisqu'apparemment, ils ont tous leurs carnets de RDV remplis sur au moins 3 mois, et que plusieurs d'entre eux refusent explicitement les nouveaux venus !

Bref, leurs affaires tournent bien, et s'ils se situent principalement en zone urbaine dense, c'est plus par choix personnel et par confort que par réelle nécessité économique. Quant à savoir si déplacer les malades en quantité coûte moins cher à notre sécu, à la planète, et surtout aux patients avec la hausse des carburants, que de répartir correctement quelques cabinets sur un département, «je pense que la question, elle est vite répondue...»

Cerise sur le gâteau, nombre d'entre eux ont rejoint la plateforme Doctolib, hébergée chez... (roulement de tambour) amazon web service bien sûr ! La souveraineté numérique ? On s'en bat les XXXXXXXS !

Ainsi un jour avant le rendez-vous, vous recevez soudainement un SMS de Doctolib pour vous rappeler la date, alors que vous n'avez jamais donné votre aval :

  • ni au secrétariat du professionnel, lequel a bien entendu omis de vous préciser qu'il travaillait avec Doctolib, et de vous demander votre accord pour transférer vos données personnelles à la plateforme,
  • ni à Doctolib, qui ne se vante pas d'utiliser un service cloud non souverain soumis au droit extra-territorial américain,
  • et surtout pas à AWS, qui se frotte les mains de voir de tels bisounours offrir ainsi leurs données de santé !

L'innocence et la naïveté n'ont pourtant jamais calmé l'appétit féroce de nos prédateurs du web, et le festin - toujours en cours - du Health Data Hub, offert au loup microsoft, de n'avoir été que le début de la rigolade !

Non seulement on a ici la preuve flagrante de l'inutilité totale du RGPD vendu par une UE complètement à l'ouest, mais c'est en fait bien pire que cela. Car même si le secrétariat vous demandait demain votre accord de principe pour utiliser Doctolib, on imagine qu'en cas de refus, le professionnel vous enverrait joyeusement paître, n'ayant pas de plan B !

On retrouve donc ici exactement le même principe que celui des logiciels privateurs de liberté, avec sa prostitution de masse par effet boule de neige ! Et tout cela parce nos professionnels de santé, dont on rappelle que leur carnet est plein à 3 mois minimum, veulent économiser quelques € dans l'accueil de leur clientèle !

On l'a déjà dit : sans la maîtrise d'un cloud rééllement souverain (et on a cette chance incroyable en France d'avoir un OVH qui sait faire), le tout sans acteur américain côté matériel (OVH sait aussi faire ses cartes mères dédiées, et ce n'est pas le seul acteur car nous avons en France des centaines d'ingénieurs électroniciens parfaitement compétents), on se raconte des histoires !

Dernièrement, on a ainsi vu un acteur français se retirer du projet de cloud souverain mené par l'état, dénonçant le retour de sociétés américaines jetées par la porte, et repassées par la fenêtre ! On ne pourra que lui donner raison d'avoir cessé de perdre son temps avec des agents étrangers, placés pour trahir nos intérêts nationaux !

Autre solution potentielle pour nos professionnels qui ne veulent pas d'un secrétariat dédié : utiliser les Centres d'Affaires, dont certains spécialisés dans la santé, qui ne manquent pourtant pas dans notre bon département, et offrent tous des services de télésecratariat ! Et oui : Doctolib n'a rien inventé ! Quant à savoir ce que coûte le respect de vos données de santé et de votre vie privée, chacun jugera en son âme et conscience...

Maintenant du point de vue purement technique, la prise de rendez-vous utilise quasiment toujours les formats ouverts ICAL/CALDAV/VCARD/CARDDAV, lesquels ont plusieurs dizaines d'années au compteur, et ont largement prouvé leur efficacité... Sauf chez microsoft, dont le client de messagerie entretient mordicus une incompatibilité native avec les formats concurrents, dans le but évident de vendre la solution maison, aussi inutile qu'onéreuse et gourmande en ressources.

Ainsi même un simple groupware en ligne, sous OS libre, via un hébergement dédié, offre d'excellents outils de gestion clients, avec support des contacts/calendriers, et synchro des appareils en sus ! Mais ça évidemment, il faut être un peu curieux et sortir de sa zone de confort pour comprendre que la solution vendue sur étagère par un commercial aux dents acérées n'est pas toujours la meilleure, et quasiment jamais la plus modulaire à l'usage.

Comprenez que le plus populaire n'est pas forcément le meilleur, surtout en informatique, avec une vente forcée qui favorise artificiellement les acteurs rentiers, lesquels sont connus pour se reposer sur leurs lauriers, et ne faire aucun effort d'interopérabilité ou d'adaptation...

On pourra enfin arguer qu'il n'est ni normal, ni sain, de laisser la prise de RDV médicale dans les mains d'une société privée utilisant un cloud non souverain, alors que formellement, ce rôle devrait revenir de droit à notre sécurité sociale elle-même, laquelle pourrait ainsi contrôler plus finement la localisation des professionnels, les déclarations et remboursements associés, et détecter les trop nombreuses fraudes et abus parfois relayés dans la presse, démontrant que notre 2/3 état (puisque nous sommes toujours le tiers état) reste viscéralement incapable de surveiller efficacement ses propres finances !

Mais le pire dégât dans ce type d'outil en ligne, c'est la coupure de la relation humaine entre patients/médecins.

Car si certaines pathologies peuvent attendre plusieurs mois pour un RDV, il y en a d'autres qui malheureusement, ont un caractère urgent et vital. Et là malheureusement, Doctolib échoue complètement à faire la part des choses. Et c'est général dans nos interfaces administratives en ligne : quand il n'y a plus que des interfaces web sans humanité, où le patient doit lui-même indiquer un motif de consultation qu'il ne maîtrise pas, on se doute bien qu'il va y avoir des gros problèmes, et peut-être même des morts à l'arrivée...

Ce n'est pourtant pas un scoop de la dernière pluie : rien au monde n'est plus stupide, crétin, imbécile, et servile qu'un ordinateur.

N'y cherchez aucune intelligence artificielle au sens logique du terme. On sait faire des machines qui coopèrent entre elles, des machines qui apprennent à reconnaître des objets, images, sons, etc, des machines optimisées pour certaines tâches précises, ok. Mais si nos processeurs calculent des milliards fois plus rapidement que notre cerveau, un ordinateur n'est toujours qu'une machine sans cœur complètement vide, nourrie par un primate qui bugue entre la chaise et le clavier. Et plusieurs fois par jour !

Fondamentalement, l'informatique ne peut pas se substituer à cet animal social qu'est l'être humain. Et le malade n'est pas toujours celui que l'on croît. Quand l'accueil d'un cabinet vous laisse en plan pendant 30mn au téléphone, en vous invitant à prendre rendez-vous sur Doctolib via un répondeur en boucle, le message est clair : on ne veut pas de vous - vous êtes du bétail juste bon à vous faire traire de quelques € à la chaîne ! On rejoint ici la vision entrepreneuriale de JL Gassée : «Le client, cette ennuyeuse créature qui détient NOTRE argent dans SA poche» !...

Quand on sait qu'en Corée du Sud, vous pouvez consulter et vous faire examiner/opérer dans la journée, on est quand même en droit de se poser certaines questions sur l'efficacité réelle de notre système de soins, dont nous sommes si fiers, et qui -de toute évidence- est hautement perfectible, et désormais clairement en retard sur bon nombre de pays !

Passons le comportement limite de quelques professionnels heureusement minoritaires, et attaquons les absurdités administratives pures.

Primo : les feuilles de soin papier n'ont pas disparu, et pour cause : la carte vitale n'est pas immortelle entre vol, perte ou panne à venir. Donc si le but était d'éradiquer le papier grâce à l'informatique, une fois encore : c'est raté ! Et notons en passant qu'il est quand même délirant de devoir patienter des semaines avant d'obtenir une nouvelle carte vitale, dont l'impression physique prend moins de 10s. Même le paresseux Flash dans Zootopia est plus réactif !

Secundo : la fracture numérique existe et est incurable. Entre ceux qui n'ont jamais touché un clavier, ou ceux qui n'ont jamais appris à se servir de l'internet, la copine Ameli reste inaccessible à un public plus large qu'on ne le croît, la faute à des pouvoirs publics qui n'ont pas su former ces personnes à l'informatique avant le déclin cognitif, en particulier les personnes âgées, aujourd'hui complètement exclues du monde virtuel ! Idem pour l'espace de santé numérique dernièrement créé, où chaque patient est censé déposer et gérer ses données médicales personnelles, et qui n'est toujours qu'un simple espace de stockage dépourvu de tout outil d'analyse et de compréhension. Donc pas forcément utile. Mais sûrement très coûteux pour le contribuable vache à lait !

Tertio : l'informatique n'a rien clarifié pour le patient. C'est même l'inverse. Quand laboratoire d'examen médical envoyer à toi bilan sanguin crypté par email, sans mot de passe pour déchiffrer le document, toi comprendre que toi simple patient trop idiot-bête pour comprendre médecine du «grand Chaman qui sait», et qui affichera son grand savoir en consultation devant toi ébahit par tant de mots que toi pas comprendre ! Non mais sérieux : quand va t'on enfin arrêter ce cirque du médecin savant à la Molière, et permettre enfin aux gens de consulter leurs données de santé, en les aidant à comprendre réellement ces documents, ce qui devrait théoriquement la finalité et la plus-value de l'informatique ?

Et c'est encore pire quand vous disposez des informations/sigles sur papier en clair : mettez-vous 2s dans la peau d'un moteur web comme google, qui vous voit rechercher à la main chaque élément de votre bilan, puis vous voit consulter les sites relatifs à votre pathologie. C'est littéralement du pain béni pour capter vos infos de santé, et les revendre au plus offrant ! On est quand même en 2022, et pour des informations aussi redondantes et classiques qu'un simple bilan sanguin, devoir se farcir ce travail de recherche à la main est tout bonnement scandaleux !

Mais bon sang : ça coûte quoi à l'état de mettre une simple notice PDF en place, sur Ameli ou tout autre site web gouvernemental, expliquant précisément chaque élément d'un examen donné, avec les conséquences connues/attendues en cas de carence ou de dépassement de chaque élément relevé ?

Ainsi le parcours de santé reste souvent un parcours du combattant, où le patient un peu curieux doit se battre contre l'orgueil d'un corps médical qui, contrairement aux logiciels libres, a bien du mal à partager sa connaissance, réelle ou supposée. Car avec la crise sanitaire, on a bien compris que l'éthique de certains médecins a rejoint celles de certains journalistes et politiques (dont certains urgentistes...), aux ras des pâquerettes. On ne peut s'empêcher d'y retrouver certains aspects du sketch de Dieudonné sur le cancer, et de se dire que parfois, le burlesque n'est finalement pas si imaginaire que cela...

Bref, vous aurez compris que l'informatique et la médecine, c'est pas encore une grande histoire d'amour, ni côté patients, ni côté médecins, ni côté sécu.

Ajoutez à cela les hara-kiri-pas-du-tout de windows, avec toujours des problèmes de mises à jour foireuses mais obligatoires, venant polluer autant la vie des professions de santé que celle des autres cobayes du laboratoire planétaire, et vous comprenez pourquoi certains professionnels, à commencer par les plus âgés, détestent l'outil informatique. Quant à parler de sécurité des données sous windows ou mac, vous savez déjà ce que nous en pensons...

À l'instar de la justice et de la gendarmerie, tous ces postes devraient être sécurisés sous OS libre depuis longtemps, et windows et mac bannis de fait dans ce domaine ultra-sensible qu'est la santé.

Pour le reste, à notre humble niveau, nous ne pouvons que vous proposer de soigner votre ordinateur, en le libérant des logiciels privateurs de liberté, avec une grosse cure de logiciels libres ! Et comme GNU/Linux se passe d'antivirus depuis toujours, nous vous prescrivons gratuitement en sus une cure de bonne humeur, dans une ambiance sympa et toujours aussi gourmande (le sucre restant plus addictif que la cocaïne, mais toujours en vente libre...), avec des réunions informatisées ouvertes à tous et à tous les niveaux !

En espérant donc vous y retrouver bientôt, en pleine forme, et en vous souhaitant - cela va de soi - une bonne santé !

Bilan Foire Éco-Bio

Un grand merci encore aux organisateurs de nous avoir accueillis dans cette manif, qui a quand même rassemblé officiellement 30000 visiteurs sur 4 jours, après 2 années d'interruption, ce qui est plutôt positif pour la suite ! Toujours d'excellents contacts sur notre stand, des gens surpris de trouver de l'informatique, des gens qui nous connaissent déjà et viennent nous faire un coucou, des gens qui en ont marre de windows/mac et veulent faire le pas, etc.

Nous avions demandé cette année un stand plus petit, qui a été finalement de la bonne taille, beaucoup plus facile à tenir.

On notera deux installations sur le stand même. On a aussi essayé de dépanner un de nos membres venu avec un plantage de sa carte graphique, mais là, impossible de savoir si c'était matériel ou logiciel (pas assez d'outils sur place) et surtout : c'était un peu plus chaud sans accès internet, car oui : quand on n'a qu'un forfait 2€, les Mo passent très vite...

Bien entendu, et conformément à nos statuts, nous avons donc pleinement tenu nos engagements et fait la promotion de toutes les associations environnantes sans exception. Nous espérons ainsi que tout le monde aura un retour positif de cette foire, et quelques membres en plus pour l'année prochaine !

Merci encore à tous ceux et celles qui ont donné de leur temps pour rendre possible cette très grosse manifestation, et notamment à Linux Kunheim pour son aide !

(permalien : )

Les éditos :

Mentions illégales ! A propos Plan du site Liens Ressources Compte LUG68 haut de pageHaut de page